la commune de Balaives-et-Butz

 

PRESENTATION                                                                                                               

Superficie: 11,05 km²

Altitude: entre 173m et 326m
Population: les Balaiviens et Balaiviennes - 241 habitants (2014) INSEE.

Le taux d'activité était de 70,9% en 2004.
Les retraités et les pré-retraités représentaient 16,6% de la population en 2004.

SON HISTOIRE                                                                                                                 

Déjà une fusion en 1828
Balaives est mentionné en 1207 dans une charte de Hugues, comte de Rethel, et son église, dans un pouillé daté de 1306, comme étant une église de secours de la paroisse d'Etrépigny; cette situation perdura jusqu'en 1871 où elle devint succursale. Une plaque commémorative située à l'entrée de la nef relate que l'église Saint-Pierre-ès-Liens fut bâtie en 1888 grâce aux libéralités du couple Borderel, les châtelains du château de Sault qui se situait en face. Ils donnèrent également le presbytère et l'école du village et leur famille dota l'église d'une partie du mobilier. L'ancienne église était située au milieu du cimetière, quelques mètres plus au nord-est, et ses matériaux furent vendus en 1889.

Le village de Butz fut réuni à celui de Balaives suite à une ordonnance royale du roi Charles X du 25 mai 1828. Il semble que l'église Saint-Loup de Butz puisse remonter au Moyen Age pour ce qui concerne la nef et le choeur. En 1633 (date inscrite sur le linteau extérieur de la chapelle sud) on érigea les deux chapelles en abside entre le choeur et la nef. Le portail occidental fut remanié au 18ème siècle et la nef au 19ème siècle (peut-être en 1869 car les archives mentionnent des réparations à cette date) notamment au niveau des fenêtres.

Son passé industriel

Les Etablissements Vynex sont implantés sur le site d´un moulin à foulon créé au 18ème siècle qui possédait une roue hydraulique. La tuilerie Ernest Valeur fondée au 19ème siècle reprend les bâtiments de l'usine textile. Elle fabrique des tuiles mécaniques et des tuyaux de drainage, l'argile provient de Singly et d´Etrépigny. Elle ferme en 1905 et les fours sont détruits en 1952. En 1920, le site est acheté par Charles-Aimé Baudet, aidé de son fils René, pour y établir une petite usine de moulage de celluloïd, produisant principalement des poignées pour cycles avec vente à l´étranger puis se reconvertit dans le gainage plastique et câbles pour cycles. L´entreprise prend le nom de Vynex dans les années 1950, avec diversification dans le commerce de gros, quincaillerie et articles de bricolage. Des extensions sont construites au nord dans les années 1950.
Elle compte 15 employés en 1932, 60 en 1951, 160 en 1979.

SON PATRIMOINE                                                                                                          

L'église paroissiale Saint-Pierre-ès-Liens
Edifice à plan allongé de style néo-roman. L'ensemble de l'édifice est élevé en pierre de taille : les baies, le portail occidental et les contreforts sont en grand appareil et le reste est en petit appareil. Certains arcs surmontant les baies et les corniches font alterner la pierre de taille et la brique. L'essentiel de la pierre de taille est en calcaire des carrières de Dom-le-Mesnil mais un autre type est présent en alternance sur les contreforts et les baies pour donner un effet décoratif. La nef à trois vaisseaux de quatre travées est précédée par un corps de bâtiment hors-oeuvre formé d'un vestibule et d'une tribune découverte ; le vestibule est encadré par un escalier en bois tournant dans-oeuvre au sud et un débarras au nord. Le choeur à vaisseau unique présente deux travées droites suivies d'une abside à trois pans ; il est accosté, au nord, de la tour-clocher surmontée par une terrasse ceinturé par une balustre et par la sacristie à l'opposé.

L'église Saint-Loup de Butz

L'ensemble de l'édifice est élevé en moellon excepté pour les baies et le portail occidental qui sont en grand appareil. La nef et le choeur sont couverts de tuile mécanique tandis que le clocher et les chapelles le sont en ardoise. La nef à vaisseau unique plafonné est surmonté d'un toit à longs pans surmonté d'un petit clocher à toit en pavilon. La partie terminale de la nef est occupée au nord et au sud par deux chapelles en abside couvertes de croupe rondes. Le choeur ne se distingue de la nef que par une légère réduction de la largeur et il se termine par un chevet plat contre lequel est adossé la sacristie.

son lavoir

 son château

Demeure bourgeoise, propriété de Monsieur BORDEREL, entre 1914 et 1918, le Le Kronprinz y séjourna plusieurs fois. Poste de commandement arrière pour les troupes de la 163ème DI lors des derniers combats pour l’armistice de 1918, il fût occupé une nouvelle fois par l'envahisseur nazie entre 1940 et 1945. Lors de la débâcle nazie, ces derniers l’incendièrent en quittant le village.


TOURISME                                                                                                                      

2 gîtes accueillent les touristes, un au cœur même du village et un autre créé dernièrement transporte le touriste en pays Finois au cœur des Ardennes.